Par des entrepreneurs. Pour des entrepreneurs.

Au RCE, les patronnes et patrons d’entreprise sont au cœur de nos préoccupations. Dans un monde marqué par des changements toujours plus rapides, vous apporter le soutien nécessaire pour relever les défis variés qui se présentent à vous et planifier avec succès l’avenir de votre entreprise, constitue à la fois notre motivation et notre objectif principal. Car les PME doivent rester ce qu’elles sont déjà aujourd’hui: l’colonne vertébrale de l’économie suisse.

 

 

Un soutien d’égal à égal.
Au RCE, nous misons sur l’élaboration commune de solutions sur mesure, efficaces au quotidien. Dans ce processus, nos entrepreneurs vous offrent soutien, écoute, dialogue et accompagnement. C’est pourquoi ils portent le titre d’Accompagnants et non de conseillers.

Rien ne remplace une relation personnelle.
Entretiens Entrepreneur, Ateliers d’accompagnement ou workshops en groupe, le cadre reste toujours personnel et nous ciblons le bénéfice individuel de chacun.

Bien connecté, c’est à moitié gagné.
Le RCE donne accès à un réseau d’Experts représentant quelque 300 entreprises florissantes. Nous vous proposons conseil, accompagnement et soutien dans toutes les phases que traverse votre entreprise, de la création à la transmission.

De précieuses rencontres.
Nos manifestations, ainsi que le plus grand Club d’Entrepreneurs de Suisse, permettent à des personnalités de tout le pays de se retrouver pour discuter, profiter des expériences des autres et lier de précieux contacts.

Les petites et moyennes entreprises constituent le moteur et la force de l’économie suisse:

  • Création régionale d’emplois et de valeurs,
  • Synonymes d’avenir, de patrie pour leurs collaborateurs, apprentis et clients,
  • Partenaires de confiance et de proximité,
  • Engagement personnel à travers leur travail,
  • Elles incarnent les valeurs suisses et les exportent à travers le monde.

Par des entrepreneurs. Pour des entrepreneurs.

Nos Accompagnants ne sont pas des consultants: ils sont eux-mêmes de brillants entrepreneurs. En tant que tels, ils connaissent très précisément les défis de l’entrepreneuriat et sont en mesure de vous soutenir et de vous accompagner mieux que quiconque, avec ouverture et honnêteté.

Entretien Entrepreneur gratuit

Episode 9 de la série RCE «Le philosophe d’entreprise»: La trinité d'Hegel, une méthode de réflexion

Un ami me disait récemment: le plus grand risque pour un entrepreneur, c’est d’être aveuglé par sa solitude. Hegel nous fournit un instrument philosophique pour y remédier. Comme d’une lampe de poche qui irait fouiller les recoins méconnus, nous pouvons nous servir de sa dialectique pour mieux voir dans la nuit.

01.09.2020

L’entrepreneur est seul. Il réfléchit seul, il décide seul ; bien souvent, il est l’alpha et l’oméga dans l’exécution. Une PME de 30 collaborateurs n’a pas les moyens de s’offrir un état-major.

Chaque entrepreneur s’accomode à sa façon de cette solitude. Certains s’entourent en fonction du problème à résoudre. Le plus souvent, j’observe une démarche solitaire composée d’une bonne dose d’empirisme mêlée parfois de réflexion rationnelle. On consulte son intuition, ses tripes. Et puis, on liste avantages et inconvénients, rationnellement. Puis on revient aux tripes. Et parfois, on reste incertain et tente simplement sa chance.

Cette méthode est souvent bonne. Elle fait intervenir tour à tour la raison et l’expérience, ce qui est judicieux. Mais la solitude demeure, et avec elle l’unilatéralité de vues. Comment élargir son champ de réflexion?

La trinité hégélienne
Une méthode relativement simple nous vient de Georg Friedrich Wilhelm Hegel, un philosophe allemand ayant principalement oeuvré au début du XIXe siècle. Hegel est l’un des plus grands et célèbres philosophes de tous les temps. Sa dialectique a marqué les esprits, et la plupart des philosophes après lui se sont plus ou moins inscrits dans sa tradition, ou s’en sont délibérément distancés: Hegel est si présent qu’on ne peut l’ignorer.

C’est de sa dialectique que vient la méthode proposée. Selon Hegel, le monde s’explique par un rythme ternaire: thèse, antithèse, synthèse. Des opposés naît le prochain stade de développement. Quelques exemples: de la femme (thèse) et de l’homme (antithèse) naît l’enfant (synthèse). De la soumission complète de l’homme à Dieu selon l’ancien testament (thèse) et du paganisme gréco-romain établissant deux mondes parallèles entre hommes et dieux (antithèse) naît le christianisme avec son Dieu transcendant et fait homme (synthèse). De l’ancien régime monarchique français du XVIIIe siècle (thèse) et de la révolution jacobine de 1792 (antithèse) naît l’empire napoléonien (synthèse). Les exemples sont nombreux. Cherchez autour de vous, et vous en découvrirez.

Une méthode de réflexion entrepreneuriale
Transposons maintenant la dialectique hégélienne aux questions entrepreneuriales. On l’a vu, l’entrepreneur solitaire se forme une opinion quant à une décision à prendre. Pour reprendre les termes de Hegel, c’est la thèse. Normalement, l’entrepreneur s’arrête là.

Il faut alors se contraindre à une étape supplémentaire: formuler l’antithèse de sa propre opinion, et en rechercher autant que possible le bienfondé. En quelque sorte, il faut se convaincre que l’on a tort. C’est ce que l’on appelle parfois «se faire l’avocat du diable».

Enfin, on créera la synthèse. Prenant le meilleur de l’opinion originale (thèse) et de l’antithèse, on tente de trouver une troisième solution reprenant autant d’avantages que possible de ces deux solutions. Attention, la synthèse n’est pas un compromis: c’est un développement de la thèse et de l’antithèse à un stade supérieur.

Mise en pratique
Un exemple venu de la pratique permettra d’être plus concret. Une société romande de services voulait croître sur le marché suisse-allemand. Dans l’esprit de l’entrepreneur en question, cela devait se traduire par une croissance organique par l’ouverture de points de ventes dans 3 villes (thèse). Avantages: contrôle de la qualité dès le premier jour, maintien de la culture d’entreprise. L’entrepreneur voulait une seconde opinion et a consulté le Raiffeisen Centre des Entrepreneurs. Ce-lui-ci a formulé l’antithèse complète de la croissance organique: l’achat d’une société concurrente déjà implantée en Suisse-allemande. Avantages: portefeuille de clients existant, connaissance du marché et de la culture locale. Ceci a permis au RCE et à l’entrepreneur d’élaborer une synthèse regroupant autant que possible les avantages de la thèse et de l’antithèse. Ainsi, l’entreprise a d’abord recruté une poignée de personnalités actives jusque-là de manière indépendante, localement bien implantées et disposant d’un bon réseau, mais désireuses de profiter des structures de l’entreprise en question pour augmenter leur champ d’action. Après neuf mois de mise en condition au siège romand de l’entreprise, l’expansion a démarré et a rapidement porté ses fruits.

Au quotidien, l’exercice de la dialectique demande du temps et de l’énergie. Ma suggestion, par souci d’efficacité, est de l’appliquer surtout aux questions stratégiques, en procédant par étapes séparées chacune d’une semaine:

  • Tout d’abord, identifier les deux ou trois choix stratégiques à venir.
  • Ensuite, prendre le temps de formuler pour chacun sa propre thèse.
  • Puis formuler l’antithèse avec bonne foi et prendre le temps d’argumenter en sa faveur.
  • Enfin, formuler la synthèse en combinant les avantages et arguments déjà identifiés.

S’ouvrir l’esprit avec Hegel est intellectuellement intéressant et créateur de solutions entrepreneuriales. Et si un appui dans la démarche est nécessaire, le RCE le propose volontiers.

La série RCE «Le philosophe d’entreprise» reprend des sujets entrepreneuriaux choisis pour les éclairer du point de vue philosophique ou, parfois, historique. La série a pour but de donner un point de vue supplémentaire et d’ouvrir des perspectives de réflexions à l’entrepreneur-lecteur. Les opinions exprimées par l’auteur dans cette série ne correspondent pas nécessairement au point de vue du RCE ou du Groupe Raiffeisen.

Au sujet de l’auteur: Louis Grosjean, lic.iur., titulaire du brevet d’avocat, travaille depuis plus de 10 ans au sein du Groupe Raiffeisen, entre autres pour le RCE. De famille entrepreneuriale, il s’est formé dans les domaines de l’économie et de la philosophie et a fondé sa propre société. Avec le RCE, il s’engage pour l’entrepreneuriat sur le territoire suisse.