Par des entrepreneurs. Pour des entrepreneurs.

Au RCE, les patronnes et patrons d’entreprise sont au cœur de nos préoccupations. Dans un monde marqué par des changements toujours plus rapides, vous apporter le soutien nécessaire pour relever les défis variés qui se présentent à vous et planifier avec succès l’avenir de votre entreprise, constitue à la fois notre motivation et notre objectif principal. Car les PME doivent rester ce qu’elles sont déjà aujourd’hui: l’épine dorsale de l’économie suisse.

 

 

Un soutien d’égal à égal.
Au RCE, nous misons sur l’élaboration commune de solutions sur mesure, efficaces au quotidien. Dans ce processus, nos entrepreneurs vous offrent soutien, écoute, dialogue et accompagnement. C’est pourquoi ils portent le titre d’Accompagnants et non de conseillers.

Rien ne remplace une relation personnelle.
Entretiens Entrepreneur, Ateliers d’accompagnement ou workshops en groupe, le cadre reste toujours personnel et nous ciblons le bénéfice individuel de chacun.

Bien connecté, c’est à moitié gagné.
Le RCE donne accès à un réseau d’Experts représentant quelque 300 entreprises florissantes. Nous vous proposons conseil, accompagnement et soutien dans toutes les phases que traverse votre entreprise, de la création à la transmission.

De précieuses rencontres.
Nos manifestations, ainsi que le plus grand Club d’Entrepreneurs de Suisse, permettent à des personnalités de tout le pays de se retrouver pour discuter, profiter des expériences des autres et lier de précieux contacts.

Les petites et moyennes entreprises constituent le moteur et la force de l’économie suisse:

  • Création régionale d’emplois et de valeurs,
  • Synonymes d’avenir, de patrie pour leurs collaborateurs, apprentis et clients,
  • Partenaires de confiance et de proximité,
  • Engagement personnel à travers leur travail,
  • Elles incarnent les valeurs suisses et les exportent à travers le monde.

Par des entrepreneurs. Pour des entrepreneurs.

Nos Accompagnants ne sont pas des consultants: ils sont eux-mêmes de brillants entrepreneurs. En tant que tels, ils connaissent très précisément les défis de l’entrepreneuriat et sont en mesure de vous soutenir et de vous accompagner mieux que quiconque, avec ouverture et honnêteté.

Entretien Entrepreneur gratuit

Episode 11 de la série RCE «Le philosophe d’entreprise»: Sauver le plaisir? Epicure et les restrictions.

A l’heure des restrictions, peut-on parler de plaisir? Sans aucun doute, oui. Nous ne sommes que des êtres humains. Nous avons besoin du plaisir. Epicure l’avait déjà expliqué voici plus de 2000 ans. Soyons créatifs – et réfléchissons, par exemple, aux alternatives à l’annulation pure et simple de la soirée d’entreprise.

01.11.2020

Quand vous lirez cet article, il est probable que les mesures destinées à endiguer la pandémie du covid-19 seront plus sévères qu’au moment de sa rédaction.

Nous nous retrouvons limités dans notre vie quotidienne. Nous ne savons pas jusqu’à quand cet état durera.

Ces restrictions concernent au premier chef les loisirs: interdiction de danse, grands évènements, évènements sportifs, heures de fermetures des restaurants, et bien d’autres. Nous sommes appelés à reporter les réunions privées.

Je souligne deux effets, parmi tant d’autres. Tout d’abord, tout un pan de l’économie, durement touché par le semi-confinement du printemps, est mis à genoux. Ainsi, les repas d’entreprise à la veille de Noël – un facteur important du chiffre d’affaire dans la restauration – sont annulés dans presque tous les cas, souvent sans remplacement.

Ensuite, la somme des plaisirs dans chacune de nos vies diminue. On prend sur soi, on supprime les loisirs les uns après les autres.

Le bonheur selon Epicure
L'épicurisme est une école fondée par Epicure à la fin du IVe siècle avant J.-C. et surtout connue à travers des auteurs comme Lucrèce. Ce n'est pas l'hédonisme effréné – bachique ou culinaire – que l'usage populaire du terme «épicurien» a retenu. Epicure a postulé que le bonheur était égal à la somme des plaisirs. Selon l’épicurisme, un plaisir est propice au bonheur lorsque l‘on en jouit sans qu’il nous asservisse. Ainsi, les débauches ou consommations de substances rendant dépendant ne figurent pas au programme de cette philosophie. De même, le programme du sportif d’élite ou la passion charnelle ne sont pas favorables à la paix de l’âme.

En revanche, les menus plaisirs de la vie sociale ou individuelle, variés et conformes à la nature humaine, sont à rechercher. Un verre partagé entre collègues, une partie de carte entre amis, la visite d’une exposition culturelle ou encore une visite du zoo en famille: les exemples d’activités qui améliorent notre vie au présent sans la péjorer pour l’avenir sont nombreux.

Selon Epicure, le bonheur équivaut à la somme de ces plaisirs, et à l’attente justifiée qu’ils nous seront accessibles à l’avenir également; il y ajoute la bonne santé, et la certitude de rester dans cet état. Que nous dirait-il à l’heure de la pandémie ?

Flexibilité et créativité
Epicure nous dirait sans doute: tâchez, dans la mesure du possible, de conserver le niveau des plaisirs naturels et nécessaires au même niveau qu’avant les restrictions sans mettre en danger votre santé. Car c’est par là que vous construisez votre bonheur. Variez, créez, imaginez: sortir de la routine renforce l’indépendance, et par là la paix de l’âme.

Sans doute la philosophie d'Epicure n'est-elle qu'une perspective parmi d'autres sur le bonheur. Mais la dimension de plaisir est importante en temps de restrictions. Notre culture chrétienne peut parfois nous induire à occulter le besoin de plaisir lors de nos décisions. Or, le plaisir est une nécessité. Nous l’avons vu lors du semi-confinement: ôtez ses plaisirs à l’homme occidental, et la consommation d’alcool augmente considérablement. Epicure aurait froncé les sourcils.

Une mise en application parmi d’autres
Prenons un exemple concret dans le domaine entrepreneurial: le repas d’entreprise, dont nous avons parlé plus haut.

Le premier réflexe est celui de l’annulation pure et simple. C’est bien dommage.

Les repas d'entreprise à la veille de Noël correspondent au besoin de se détendre, de passer un bon moment avec d'autres personnes. Pour l’entrepreneur, c'est l'occasion de remercier ses collaborateurs en leur offrant ces plaisirs. Ce sont ces éléments qu'ils convient de conserver dans la mesure du possible. Emettons quelques alternatives:

  • Offrir un bon à chaque collaborateur pour un repas dans un restaurant.
  • Organiser plusieurs petits repas au lieu d'un grand, par exemple par groupe de 6 personnes, avec un message commun du patron à délivrer par son représentant à la tablée.
  • De manière plus créative: offrir des bons pour plusieurs types de plaisirs à choix, le collaborateur pouvant lui-même émettre sa préférence: salon de coiffure, restaurant, bien-être, piscine, pass journalier dans un domaine skiable, etc. Le patron remet ensuite à chaque collaborateur son choix de bon personnellement, et délivre son message par vidéo. Libre aux employés de se retrouver par petits groupes pour cette journée de ski, pour un repas au restaurant ou pour un après-midi piscine / wellness. Si, par la-même, l'entrepreneur peut faire en sorte de favoriser ses clients (restaurateurs, salon de coiffure etc.), il fera d'une pierre deux coups.

Bien entendu, on pourra transposer la philosophie d'Epicure à d'autres domaines de la vie privée et professionnelle pour analyser et conserver les plaisirs de la vie.

A l’heure des restrictions, soyons imaginatifs. Soyons-le dans la vie privée, et soyons-le comme entrepreneurs. Carpe diem, et prenez soin de vous.

La série RCE « Le philosophe d’entreprise » reprend des sujets entrepreneuriaux choisis pour les éclairer du point de vue philosophique ou, parfois, historique. La série a pour but de donner un point de vue supplémentaire et d’ouvrir des perspectives de réflexions à l’entrepreneur-lecteur. Les opinions exprimées par l’auteur dans cette série ne correspondent pas nécessairement au point de vue du RCE ou du Groupe Raiffeisen.

Au sujet de l’auteur: Louis Grosjean, lic.iur., titulaire du brevet d’avocat, est associé chez altrimo, une société de services. De famille entrepreneuriale, il s’est formé dans les domaines de l’économie et de la philosophie. Il s’engage depuis plusieurs années avec le RCE pour l’entrepreneuriat sur le territoire suisse.